Pokémon Légends Versus

Devenez le meilleur Dresseur !


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Chapitre 21: Un Rêve Bleu mouvementé: Rayquaza VS Palkia

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Indy'


Nouveau Dresseur
Nouveau Dresseur
Arceus lévitait dans la Salle Originelle, semblait assez inquiet. C’est alors, après être entré en contact avec Hélio, il décida d’appeler son autre agent embusqué :

- Palkia ? Palkia ! J’ai besoin de ton aide Palkia !


Une forte lueur rose apparu et Palkia fit son entré, s’agenouillant devant Arceus :

- Oui Maître Arceus ? Vous avez demandez à me voir ?

- Palkia, je sens qu’un grand danger menace… quelqu’un que tu connais très bien je crois, l’Héritière.

- Oui je vois de qui vous parler Maître…

- Très bien, bien que son frère veille déjà sur elle, j’aimerai que tu la surveille toi aussi Palkia, car j’ai cru comprendre que vous êtes très liés elle et toi.

- Oui, depuis fort longtemps Maître… et bien soit, je ferai selon vos seuls désirs…


Et Palkia disparu dans la même éclatante lueur rose par laquelle il était arrivé.


Mais à des kilomètres de là, le « danger » ourdissait déjà un plan pour s’emparer de « L’Héritière »

Un sous-marin noir, avec un grand « R » rouge gravé sur chaque côté, avançait silencieusement et doucement.

A l’intérieur, Giovanni parlait depuis son bureau du QG de la Team Rocket de Kanto via son visiophone à un scientifique à la coupe de cheveux parfaite et noire de jais, des petites lunettes carrées posés sur son nez aquilin pour augmenter la vue de ses yeux bruns en amandes, le tout sur un visage pointu, et sur un corps filiforme et qui avait pour nom Zarco.

Le professeur Zarco, disait, avec une certaine impatience dans la voix :

- Oui monsieur Giovanni, la traduction de la moitié du manuscrit est bientôt terminée, nous vous l’amènerons dans notre QG de Kanto, où vous vous trouvé en ce moment même, et au QG d’Unys, où notre équipe en place cherche quelques indices sur la localisation des Joyaux élémentaires.

- Et cela avance-t-il ? demanda Giovanni

- Eh bien, dit alors un autre homme qui venait d’apparaître sur un second écran, nous n’avons trouvé qu’une vague allusion à un temple qui les renfermerait toutes les seizes, et il y aurai même un dix-septième Joyau caché encore autre part dans Unys, nous recherchons activement tout autre indice pour nous en dire plus.

- Bien, bien, dit Giovanni, satisfait de ce qu’il venait d’entendre.


Son regard fixa alors à nouveau le scientifique qui continua alors son rapport à son patron :

- Les récentes traductions nous ont appris que les Joyaux et les Plaques sont unis par un lien dont l’origine venait qu’ils représentaient seize objets uniques, des Orbes d’après ce que j’ai cru comprendre, et ces Orbes élémentaires ne devenaient actives qu’en présence de l’Héritière qui pouvait alors accomplir sa quête pour mettre à terme « L’Art Royal » qui faisait réellement d’elle la nouvelle Reine de l’Empire Pokélante. Et cet « Art Royal » était en fait le travail alchimique de création de la Pierre Philosophale, dont l’huile servait à oindre la nouvelle Reine et son futur époux dans un mariage sacré, souvent d’origine amoureuse, selon la tradition même instauré par le Dieu Arceus aux débuts des Âges de Pokélantide. Cette Pierre Philosophale serait la réunion de tous les éléments représenté par les Pokémon en ajoutant à cela un autre élément, le cosmos ou Type Normal, d’où tirait la Pierre certaines propriétés qui pourraient nous être extrêmement utile pour nos rêves de conquêtes. Mais pour l’instant, c’est tout ce que nous avons et il manque encore la moitié à traduire puis encore la moitié manquante du Manuscrit à traduire.


Le scientifique se tourna vers l’acolyte d’Unys puis tourna subitement le regard par dégoût vers Giovanni. En effet, Zarco ne supportait pas la vue de de l’autre homme, chef des opérations à Unys, qui répondait au nom de Khan. Un air brutal apparaissait nettement sur le visage pointu de l’homme, une tonsure capillaire en forme de piquant grotesque ornait le sommet de son crâne. Quant à son menton, une épaisse barbe l’ornait, surmonté d’une toute aussi épaisse moustache. Ses petits yeux porcins regardaient l’ensemble de la pièce qui s’étalait devant lui. Ce visage si peu gracieux était monté sur un corps musclés, qu’il entretenait avec rigueur et grand sérieux chaque jour dans la salle de sport du QG d’Unys. Mais cet homme n’était pas dépourvu de culture et était même très intelligent et savait parfaitement mettre en œuvre des plans aussi subtils que, parfois, sadique, car il ne faut pas oublier que Khan était éminemment cruel, comme sa position devait l’imposer et c’était le meilleur élément de la Team depuis plusieurs années et il était bien placé pour prendre un jour le contrôle total de la Rocket après le départ de Giovanni (et il est à savoir que Khan était le bras droit de Giovanni, l’âme damnée de ce dernier).

Giovanni s’adressa alors à Zarco et à Khan :

- Je suis content de vous mes amis, poursuivons dans cette voie et la Pierre Philosophale ne tardera pas à nous appartenir ! Au fait, Professeur Zarco, « Il » est prêt à nous ramener l’Héritière sur un plateau d’argent ? demanda, sans une pointe d’humour cruel, à son scientifique favoris

- Oui monsieur, son esprit est sous notre entier contrôle pas plus tard que ce matin et un émetteur d’onde psychique lui a été posé prêt de ses oreilles internes et nous l’avons déjà lancé à la poursuite de l’Héritière, cela ne devrais donc pas trop tarder, Ô Giovanni !

- Parfait professeur, je suis fier de vous. Nous nous recontacterons après que la traduction de la moitié du Manuscrit soit compléte et envoyé sur mon bureau et sur le vôtre, mon cher Khan.

- Très bien ! déclarèrent en même temps Zarco et Khan, cela sera fait selon vos désirs !

Et ils raccrochèrent. Dans son bureau, Giovanni exultait.


Pendant ce temps sur le Royal Unys une toute autre atmosphère planait. Louka se préparait pour le dîner. Il avait mis son plus beau costume, glissa dans une poche intérieure de sa veste noire un petit objet cubique, ajusta son nœud papillon blanc sur sa chemise tout aussi blanche, vérifia si son pantalon noir était propre et enleva négligemment une saleté sur ses chaussures de cuir noires. Il mit une Poké Ball sur sa ceinture, contempla son manuscrit, rangé dans sa boîte qu’il n’avait pas quitté depuis l’excursion avec son ami Dan au Vieux Château tout en se disant qu’il était dommage qu’il en manque la moitié, sortit de sa cabine puis la ferma à clef.

Louka se dirigea vers la cabine d’Hélie et toqua à sa porte :

- Hélie ? Hélio nous attend au restaurant du navire ! Dépêche-toi donc un peu ma belle !

- Je ne suis pas encore prête Louka ! Vas-y, je te rejoins plus tard, d’accord ?

- Pas de problème, répondit Louka sans plus insister, comme ça je saurai pourquoi ton cher frère m’a demandé d’apporter Drattak.

Tournant alors les talons, Louka se dirigea vers le restaurant. Un jeune homme à la peau bronzée et les cheveux bruns en bataille, habillé d’une veste noire et d’une chemise blanche sertie d’une cravate noire, un pantalon noir et des chaussures de cuir noires, passa à toute vitesse devant Louka, le bousculant au passage puis s’excusant ensuite pour la bousculade.

Le jeune homme alla frapper sur une porte d’une cabine situé à quelques mètres de celle d’Hélie :

- Sacha ? Sacha ! hurla-t-il, dépêche-toi ! Ondine commence à s’impatientée !

- J’arrive Pierre ! lui cria le dénommé Sacha

Un jeune garçon apparu au pas de la porte, les cheveux noirs aussi mal coiffés que son compagnon, une veste bleue et une chemise blanche sertie d’un nœud papillon rouge sur les épaules, ainsi qu’un Pikachu souriant jusqu’à ses joues rouges, un pantalon bleu et des chaussures de cuir noires.

Une jeune fille rousse apparue alors, vêtue d’une robe de soirée rouge, des boucles d’oreille en perle de Coquiperle pendait sur ses oreilles, et des chaussures de satin rouge. C’était certainement la dénommée Ondine dont parlait Pierre.

Louka s’en alla alors, prit la direction du restaurant où Hélio l’attendait. Poussant les portes du restaurant, il scruta la salle à la recherche d’Hélio, qu’il trouva assit à la table du milieu, sa main gauche était en train de caresser un étrange Pokémon à l’élégante robe noire, à la peau blanche comme la neige et aux intense yeux bleus que Louka, abasourdi, reconnut tout de suite : c’était Naalah, assit bien sagement sur le sol du restaurant.

Hélio était vêtu d’un magnifique complet bleu, d’une veste blanche immaculée sertie d’un nœud papillon bleu, un patalon en toile bleu et des chaussures en cuir bleues.

Louka s’avança, s’assit sur une chaise et prit alors la parole :

- Alors c’était pour ça que je devais venir ici avec Drattak n’est-ce pas Hélio ? Pour que Naalah prenne sa place !

- Très perspicace mon cher Louka, lança ironiquement Hélio, Arceus m’a fait comprendre qu’elle est essentielle pour la quête, sans elle, rien ne sera possible !

- Très bien, dans ce cas, Drattak va être contente de retrouver son cher Dracaufeu…


Louka passa la Poké Ball contenant Drattak à Hélio qui, quant à lui, lui tendit la Poké Ball de Naalah. Ce dernier rangea la Ball de Drattak dans une poche intérieure de sa veste.

Des bruits de pas significatifs d’une personne ayant mis des talons aiguilles se firent entendre et Louka se retourna. En voyant l’auteur de ces bruits, il manqua de tomber de sa chaise, car la jeune fille d’une extrême élégance dans sa longue robe noire, ses longs gants blancs recouvrant la totalité de ses avant-bras, ses boucles d’oreilles en perle de Coquiperle pendant à ses oreilles, son collier où pendait son pendentif en or où était toujours incrusté le symbolon de Palkia, ses longs cheveux noirs tombant jusqu’au bas de ses reins et ses yeux devenus gris clairs, lui avait tapé dans l’œil immédiatement et pour une bonne raison, c’était Hélie, sa petite amie.

Hélie s’asseyait à côté de Louka et remarqua aussi la présence de Naalah. Surpris, elle dit à son adresse :

- Eh bien Naalah, que fais-tu là ? Tu ne devais pas rester te reposé à Bonaugure ?

- Si, mais Hélio est venu me voir quelques heures plus tard en me disant que je devais absolument vous rejoindre pour vous aider et me voilà, en lieu et place de Drattak, qui meurt d’envie de rejoindre son cher Dracaufeu, dont elle est éperdument amoureuse, d’après ce que Louka m’avait dit il y a longtemps…



Hélie sentit alors sa main gauche devenir soudainement très lourde et, en se retournant, compris soudainement pourquoi, Pierre venait de lui prendre la main, et ce dernier dit alors en prenant un air de Don Juan :

- Ma chère vous êtes d’une beauté exquise ! Laissez-moi vous invité à ma table où nous pourrons discuter de nos projets d’avenir en commun et…

Mais Pierre ne put pas finir sa phrase car, esquissant un vif mouvement de douleur auquel il ajouta une grimace d’horreur puis se cabra et s’écrasa inconscient sur le sol, révélant un Cradopaud dont l’une des pattes avait virée au violet à cause de l’attaque Direct Toxic qu’il avait lancé sur son propre maître puis le tira par une jambe en s’esclaffant de rire.

Le dîner se passa sans autre événement notable. A la fin du repas, Hélio et Naalah allèrent de leur côté pour parler de choses importantes. Hélie et Louka se retrouvèrent seuls à leur table. Soudain, Louka prit Hélie par la main et l’emmena sur le pont, la serra dans ses bras, l’embrassa et lui dit :

- Hélie, j’ai quelque-chose de très important à te dire…

- Louka ? demanda Hélie, légèrement anxieuse, qu’est-ce qu’il y a ? Tu me fais peur…

- Oh rien de grave princesse, (Louka avait pris l’habitude de l’appelé ainsi depuis les événements du Mont Couronné) juste que… il fallait que je te demande quelque-chose… quelque-chose qui me tient vraiment à cœur…


Avant d’achever sa phrase, Louka sortit la boîte cubique de sa poche et l’ouvrit, à l’intérieur se trouvait logée une bague en or sertie d’un petit diamant bleu. Le rendu final était magnifique. Hélie rougit légèrement à la vue de la bague et semblait avoir compris ce que Louka voulait lui annoncé.

Louka continua tout de même son discours :

- Hélie ? dit Louka en s’agenouillant, veux-tu m’épouser ?

- Oh Louka ! répondit Hélie, à la fois émue et hésitante devant la proposition de Louka, je ne sais pas quoi répondre à cette question. Au plus profond de moi-même, j’ai très envie de te répondre « oui » mais je ne suis pas sûre que le moment soit bien choisit pour une demande en mariage Louka.

- Hélie, notre quête ne durera pas éternellement et un jour il faudra bien penser à notre avenir non ? Et puis, après la fin de notre travail à Unys, je pense que nous serons tranquilles avec la Team Rocket pour un bon bout de temps et pourrons enfin nous reposer. Nous avons 20 ans Hélie, tu as le temps d’y réfléchir, je te force pas la main tu sais, si tu ne veux pas, je comprendrais.


Hélie semblait perdue dans ses pensées, se demandant si elle devait accepter ou pas. Au plus profond d’elle-même, elle voudrait répondre « oui » sans hésiter mais elle ne savait pas si ce serai une bonne idée, cela pouvant créer un moyen de pression utilisable pour leurs ennemis. Elle pensait aussi que cette proposition était arrivée trop tôt, que c’était une décision prise sur un coup tête de Louka.

Louka, sachant qu’il avait profondément troublé Hélie, s’approcha d’elle et lui dit :

- Il fait bon ce soir non ? Le ciel est bleu et sans nuage et l’atmosphère est plutôt romantique non ?

- Oui c’est vrai qu’il fait plutôt agréable, acquiesça la jeune fille, ça me donne envie de chanter, pas toi ?

- Oh si, lui répondit Louka, bien sûr. J’aimerai t’emmener en voyage dans mon cœur… Ça te tente ?

- Hum… pourquoi pas ? dit-elle, suspicieuse


Louka siffla un air plutôt mélodieux et chanta alors :

- Je vais t'offrir un monde aux mille et une splendeurs
Dis-moi, princesse, n'as-tu jamais laissé parler ton cœur ?

Je vais ouvrir tes yeux aux délices et aux merveilles
De ce voyage en plein ciel
Au pays du rêve bleu

Ce rêve bleu, c’est un nouveau monde en couleur
Où personne ne nous dit
C’est interdit
De croire encore au bonheur !



Hélie, emballée par le chant de Louka, repris alors :

- Ce rêve bleu, je n’y crois pas c’est merveilleux !
Pour moi c’est fabuleux, quand dans les cieux, nous partageons ce rêve bleu à deux !



- Nous faisons ce rêve bleu à deux ! chanta alors Louka

- Dans le ciel de cristal, je me sens si légère, je vire, délire et chavire dans un océan d’étoile !
Ce rêve bleu…


- Ne ferme pas les yeux !

- C’est un voyage fabuleux

- Et contemple ses merveilles !

- Je suis montée trop haut, allez trop loin

Jamais je ne pourrais revenir d’où je viens !



- Un rêve bleu !

- Sur les chevaux du monde !

- Vers les horizons du bonheur !

- Dans la poussière d’étoile !

Louka et Hélie chantèrent alors d’une seule et même voie :

- Naviguons dans le temps, infiniment et vivons ce rêve merveilleux ! Ce rêve bleu aux milles nuits

Louka chanta seul :

- Qui durera

- Pour toi et moi, continua Hélie


Puis les deux chantèrent à nouveau ensemble :

- Toute la vie !

Après avoir fini de chanter, Hélie sauta dans les bras de Louka et l’embrassa, puis, les yeux brillants, lui dit :

- J’ai choisi ma réponse Louka, j’accepte de t’épouser ! Nous deux c’est pour le meilleur et le pir…


Elle ne put finir sa phrase car le navire stoppa net sa course, l’eau bouillonna fortement et une colonne d’eau se forma puis disparue pour ne laisser à sa place qu’un Rayquaza noir, dont les anneaux jaune or brillaient dans la nuit.

Le Rayquaza rugit alors de colère et se prépara à l’offensive. Louka se plaça devant Hélie mais fut assommé par un magistral coup de queue de Rayquaza. Ce dernier lança alors ses griffes à la rencontre d’Hélie et la saisirent fermement. Gigotant inutilement pour essayer de se dégager de la poigne de fer de Rayquaza, celle-ci se remit à sa seule arme disponible pour se sortir de là, ses hurlements :

- Lâche-moi gros lézard ! Qu’est-ce que vous avez tous à vouloir m’enlever ainsi ?

Le collier d’Hélie émit alors une lueur rose et un grand cri venu d’une autre dimension se fit entendre et dans un grand fracas, apparu alors Palkia.

Ce dernier se jeta sur Rayquaza, qui ne lâcha pas Hélie pour autant. Rayquaza lâcha un Ultralaser sur Palkia qui para l’attaque avec Abri. Ce dernier lança alors une Aurasphère sur Rayquaza qui ne semblait pas être affecté autre mesure par l’attaque. Les deux dragons massifs lancèrent simultanément une attaque Dracochoc qui s’entrechoqua et explosèrent dans une immense fumée. Palkia chargea son mouvement ultime : Spatio-Rift. Profitant du camouflage offert par la fumée, il put envoyer son Spatio-Rift sur Rayquaza qui fut touché de plein fouet.

Des petits bouts métalliques s’échappèrent des oreilles internes du dragon serpentiformes et il lâcha Hélie sous le choc, qui fut interceptée par Palkia. Quant au Rayquaza, il scruta les lieux avec une expression de franche surprise, puis s’enfuyait avec une attaque Vitesse Extrême.

Louka se réveilla, vit Hélie dans les bras de Palkia. Hélio, Naalah, Sacha, Pierre, Ondine et l’équipage du navire se précipitèrent vers le pont et demandèrent d’une même voie :

- Hélie ? Louka ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

- Oh, trois fois rien, dit Hélie avec une pointe de colère dans la voie, j’ai failli me faire enlever par un Rayquaza fou, sûrement manipulé par la Team Rocket, Palkia est venu à ma rescousse, Louka étant dans les vapes, et voilà.

- Sinon tu n’as rien ? Tu vas bien ? dit Louka, totalement déboussolé par l’attaque de Rayquaza.

- Oui je vais bien, dit Hélie exaspérée, merci de ta sollicitude, mais remercie Palkia pour ça.


Une heure plus tard, Hélie exposa les derniers autres événements notables de la journée, à savoir son projet de mariage avec Louka et Hélio leur apprit le pourquoi du comment de sa surveillance : la Team Rocket possède l’autre moitié du Manuscrit exhumé par Louka au Vieux Château et ils veulent s’en emparer, et pour une raison obscure, veulent aussi mettre la main sur Hélie, raison éclaircit par Louka qui apprit à Hélio qu’Hélie commençait à recevoir le don de double-vue qui lui permettrai d’accéder à des choses que les autres ne peuvent pas voir, ce qui, selon Louka, expliquerai la décoloration des yeux d’Hélie

Pendant ce temps, le Professeur Zarco reçu un appel de Giovanni, il décrocha alors et ce qu’il vit le stupéfia.

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum