Pokémon Légends Versus

Devenez le meilleur Dresseur !


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Episode 01 : Une nouvelle vie

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1default Episode 01 : Une nouvelle vie le Lun 19 Mar - 14:12

Pilali

avatar
Dresseur Célèbre
Dresseur Célèbre
Ça y est, c'est le grand jour.
Je le sais mais je n'ouvre pas encore les yeux. Je veux profiter de ce rayon de soleil matinal qui effleure ma joue, du contact doux et rassurant des draps.

Je m'appelle Hélène HONDA et, d'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours attendu le jour de ma majorité. Je vais enfin pouvoir partir du foyer où je me trouve depuis plus de 10 ans.
Hé oui, je suis orpheline... ou du moins considérée comme depuis que mes parents ont disparu. Je n'ai aucune famille proche mais à ce qu'on m'a dit mes parents étaient de fervents protecteurs de l'Autre Monde.
C'est là que je veux me rendre! Mais pour y aller il faut l'autorisation des parents quand on est mineur ou alors être majeur, du moins dans cette partie du pays et quand les jeunes ne fuguent pas. Donc maintenant que j'ai 16 ans je peux enfin y aller!

Ça y est, c'est le grand jour.
Je veux aller dans l'Autre Monde parce que le Monde Primaire, celui dans lequel je vis actuellement et où vivent la plupart des gens, ne me convient pas, tout est superficiel et les gens ne pensent plus qu'à eux. Et puis l'espoir de vivre une grande aventure m'a vite convaincue de partir quand j'ai eu l'âge de réfléchir sérieusement. Et ce serait mentir de dire que je n'ai pas l'espoir de retrouver mes parents.
Ils avaient été choisis eux aussi. C'est, en fait, une grande chance! Peu d'entre nous y ont accès dernièrement. Il ne suffit pas d'avoir l'autorisation de ses parents ou d'être majeur pour pouvoir y aller, loin de là, il faut être choisi. Par qui? Mystère. Mais le fait est que tout le monde ne peut pas voir le portail et que tous ceux qui le voient ne choisissent pas d'y aller. L'Autre Monde est en effet très différent du Monde Primaire. Les gens là-bas vivent simplement, sans manipulation ou domination, ils se respectent et respectent leur environnement, ils cohabitent même avec les habitants si particuliers qui y vivent. Ici ce ne serait pas possible et je ne comprend pas qu'on ne puisse pas avoir envie d'y aller quand on en a la chance. Moi, je veux y aller!
J'ai quand même profité de mes années ici. J'ai travaillé sérieusement à l'école et j'y ai même pris plaisir. Je faisais aussi des activités comme la natation ou le piano et j'ai des Amis. Mais rien n'y fera, je dois y aller!

Je finis par ouvrir les yeux.
Je me sens en pleine forme, après tout, c'est le grand jour!
Ma chambre est en ordre, il ne reste plus grand-chose. Ma valise est prête depuis longtemps. Ce n'est même pas une valise mais plutôt un sac à dos spécial randonnée, bien pratique, dans lequel j'ai mis quelques vêtements avec le strict minimum nécessaire en affaire de toilettes, une trousse de secours, quelques rations alimentaires et de quoi écrire. Je ne trouvais pas ça essentiel, mais sachant que j'aime écrire, mes deux amis proches m'ont offert ça pour mon départ , espérant pouvoir le lire un jour.
Je les adore, la vie ici aurait été beaucoup moins drôle et intéressante sans eux, mais malgré la tristesse de la séparation je suis plus décidée que jamais à partir!



Je me lève et je met de la musique. J'adore la musique, elle reflète parfois si bien nos émotions. J'ai donc pris mon MP4 dans mon sac et j'ai mis énormément de musique, bien qu'il soit probable que je n'ai pas le temps de l'écouter et pas les moyens de le recharger.
Dans mon portefeuille j'ai mis 3 photos : celle de mes parents avec moi près du portail (c'est surprenant d'ailleurs, moi je le vois, mais quasiment personne ne le voit sur la photo), celle de mes deux amis et une de moi jouant du piano. J'ai bien sûr pris mes papiers et de l'argent qui sera convertie là-bas.

Je m'habille en prenant soin de mettre des vêtements pratiques pour là-bas : un short, un tunique rouge à manche courte, un foulard dans les cheveux couleur pokéballs et des gants pour aller avec! Je n'oublie pas la petite banane pour y mettre ce qu'on me donnera une fois là-bas.
Ça y est, je peux descendre déjeuner.



Je prend mon petit-déjeuner comme tous les jours, mais je suis déjà ailleurs pendant les conversations qui, forcément, tournent autour de mon départ.

- « Alors Hélène, prête pour le grand départ? Les gens en parlent dans notre petite ville, ça devient rare qu'un jeune parte dans l'Autre Monde! Moi je n'aimerais pas y aller, on ne sait pas vraiment ce qui nous y attend et puis on a bien plus de possibilité ici! » Cette question vient d'un éducateur du foyer avec qui je m'entend plutôt bien mais qui n'a jamais vraiment compris mon désir de partir. Lui au moins n'est pas persuadé que je pars uniquement pour retrouver mes parents. Enfin, je comprend que des gens puissent penser ça, je n'ai jamais accepter de voir une potentielle famille d'adoption.
- « Oh oui, je suis prête depuis longtemps tu sais! Moi je ne comprend pas qu'on ne puisse pas avoir envie d'y aller! *Je lui fais un clin d'œil* Allez, je me dépêche de finir! »
- « *il rigole* Tu as l'air pressée, mais attend, on a un petit quelque chose pour toi! Pour la plus fidèle de nos cliente! » C'est ça que j'aime chez lui, il tourne tout à la rigolade, ça rend les choses souvent bien plus facile.

Les personnes du foyer, avec qui je m'entend bien, m'offre donc une tente portative et le strict minimum pour camper. Ça me sera bien utile même si je me suis bien renseignée pour me débrouillée toute seule.

Je remonte dans ma chambre pour la dernière fois et je prend mon sac.
Je me retourne et je finis par quitter cette chambre. Elle ne va pas me manquer!

Je dis au revoir à tous les éducateurs qui me souhaitent chaleureusement bonne chance et aux quelques jeunes qui sont encore au foyer. Certains me disent que j'ai de la chance, d'autres qu'on s'y retrouvera dans une paire d'année et d'autres encore se contentent d'un au revoir.
C'est le grand jour, je prend mon envole!

Le portail se trouve à un endroit fixe pour une personne.
Chaque personne qui peut le voir ne le voit pas au même endroit. C'est une chose bien mystérieuse mais ce qui m'importe c'est que j'y vais!
Une peur irraisonnée me surprend « Le portail sera-t-il toujours là? Vais-je pouvoir entrer? Qu'y a-t-il vraiment de l'autre côté? Un monde aussi utopique peut-il exister? »
Alors que toutes ces questions me taraudent, je me dirige instinctivement vers le petit parc de la ville. Il est symbolique pour moi, c'est là que je venais jouer avec mes parents et c'est là que je les ai vu pour la dernière fois. Peut-être que la présence du portail à cet endroit n'est pas une coïncidence.
Il n'y pas grand monde à cette heure-ci. Je n'ai pas trop diffusé le fait que je pars aujourd'hui et encore moins où se trouve le portail.

Mes Amis sont venus, mais je leur ai bien dit que c'est un évènement heureux et qu'il faut s'en réjouir! Ils sont là, comme toujours. Le portail aussi, ma peur s'envole.
- « Alors tu es décidée? Mais pourquoi je pose la question moi?! Allez sauve toi et profite à fond, on t'a assez retenu! *un clin d'œil malicieux apparaît sur son visage* » Lui, c'est Julio, un charmant blond aux yeux bleus. On est ami depuis 10 ans, depuis le primaire. On a fait pas mal de coup tous les deux, on rigole beaucoup! Sa bonne humeur va me manquer!
- « Prend soin de toi Hélène. Tu vas faire de nouvelles rencontres et vivre une nouvelle vie... Tu vas me manquer. » Lui c'est Pierre, on s'est rencontré au cours de piano, il est très calme et assez sensible. J'aime lui parler, ça va sans doute me manquer aussi.
Je n'aurais jamais cru que ses deux là s'entendraient mais le courant est passé tout de suite.
- « Allez les garçons, après toutes ces années j'ai plein de souvenirs que j'amène avec moi! Vous savez ce qu'on dit, ami un jour ami toujours! »
- Julio me fait alors gentiment remarquer « Tu viens de l'inventer ce dicton? Bah, la culture c'est comme la confiture, moins on en a plus on l'étale! »
- « Bon ben je vais y aller moi! » Je ris de bon cœur et je grave ce moment dans mon esprit.
- Julio, fidèle à lui-même nous attrape « Allez, on se fait un câlin?! »



Je jette un dernier regard sur ce que je quitte, des émotions de toute sorte me submerge.

Mes yeux se fixent alors sur le portail. Il est simple, juste encadré par un liseré rouge, noir et blanc.
L'intérieur est opaque, reluisant, de toutes les couleurs.
Il m'attire.
Je ne résiste pas.
Je rentre.

Une nouvelle vie commence!

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum